Actualités

BIENTOT UNE NOUVELLE RUE DU FORT


Dans le cadre du contrat de quartier "Parc-Alsemberg", la commune a décidé de se pencher sur la rue du Fort. Après les alentours de l'église du Parvis, c'est donc un autre espace de ce coin de Saint-Gilles qui va faire l'objet d'un réaménagement.

Si l'on inscrit ce projet en synergie avec les abords du Parvis, le Plan Communal de Mobilité et la rénovation de la place Marie Janson, c'est une nouvelle dynamique qui est impulsée dans le quartier. Le Pianofabriek a planifié une rencontre avec les associations actives dans les environs pour échanger sur le sujet. Trois questions sont posées par les organisateurs :

Quel est l'enjeu des plans communaux ?
Comment pouvons-nous informer les habitants ?
Comment ceux-ci pourraient-il formuler des idées qui seront une réelle amélioration du quartier ?

SAINT-GILLES : NOUVEAU LOGO

La commune a annoncé qu'un nouveau logo remplacerait l'ancien dans un “souci d’économie et de bonne gestion des réserves” qui impose une actualisation progressive des outils de communication plus anciens.

Le nouveau logo, rond, conservera les deux couleurs de Saint-Gilles : le bleu et le jaune. Le bleu symbolise l’eau de la Senne tandis que le jaune évoque le sol sablonneux ainsi que la couleur du blé. Et le cercle ouvert chapeautant le personnage évoque, pour les autorités communales, “le mouvement et le changement” caractérisant la municipalité.

Autrefois, la commune abritait un fort. On en découvre d'ailleurs encore trace dans le nom de quelques rues (la rue du Fort ou des Fortifications). Ce passé est rappelé également par la silhouette du sieur Saint-Gilles, surplombée de crénelures.

La création artistico-historique est censée dégager une “identification plus rapide et plus évidente.

Lors de la prochaine rentrée scolaire, un site web revu (et, on l'espère, corrigé) sera aussi mis en ligne.

LA POSTE CHANGE : VRAIMENT ?


Nouveau nom, nouveau logo. Tous deux plus modernes.

La Poste a annoncé le changement de son nom pour devenir bpost dans l'esprit d'une évolution normale, explique le grand patron de l’entreprise publique.

Dans le même élan, le nouveau nom s’accompagnera d’un nouveau logo qu'elle annonce plus moderne tout en conservant de manière abstraite la référence au célèbre cor des facteurs.

Les objectifs sont multiples : notamment celui d'exprimer sa modernité et rompre avec - lance Johnny Thijs - la perception erronée d’une entreprise bureaucratique.

La Poste devenue BPOST, donc, veut simplifier son nom pour l’insérer dans un contexte international à l'horizon du 1er janvier 2011, date de la libéralisation totale du marché postal. Rappelons que l'Etat belge est actionnaire à 50,01%, le reste étant propriété du fonds d'investissement anglais CVC.

AVANTI MORICHAR

Les travaux de réaménagement de la place Morichar avancent bon train. Le dessus de la place semble déjà terminé.

Le Comité a, par contre, reçu des témoignages d'habitants de la place qui disent avoir subi des dégats occasionnés par les vibrations des pelleteuses. Des fissures, dénoncent ces habitants, sont apparues dès le début de la démolition de la colonnade à l'intérieur des habitations. Nous allons essayer de creuser cela.

LA VETUSTE DES EGOUTS


Les égouts de Saint-Gilles ne sont pas une exception : ils sont tous très vétustes et doivent subir ces prochaines années de gros travaux. En attendant, certaines canalisations sautent - comme ici rue de Prague début juin 2010. Bientôt toute la rue Théodore Verhaegen sera en chantier pour se prémunir contre de tels incidents et rénover l'ensemble des raccordements vers les maisons. Nous en reparlerons.

DEBAT MARIE JANSON : 3. LES ALTERNATIVES ?

La troisième partie du débat sur le projet d'aménagement d'un parking place Marie Janson fut consacrée aux alternatives à ce parking dont beaucoup d'habitants ne veulent pas - mais, reconnaissons-le, plusieurs y voient malgré tout une solution pour garer plus facilement les voitures.

Plusieurs arguments ont été évoqués :

Il existe dans les abords de la place d’autres parkings qui ne sont pas saturés :

DEBAT MARIE JANSON : 2. LES GRANDS PRINCIPES


L'échevine explique, lors du débat organisé par les comités de quartiers localisés autour de la place Marie Janson, que la qualité de la mobilité globale est un point essentiel du projet. Le parking souterrain a l'avantage d'être invisible et permet un aménagement de plus grande qualité en surface. Un autre élément contre lequel se bat la commune est le fait, pour de nombreux automobilistes, la recherche de place de parking ... qu'ils ne trouvent pas. Selon la commune, la réflexion porte aussi sur le développement durable.

Quel projet de société veut Saint-Gilles ?

La question, posée par l'assistance évoque le fait que multiplier les parkings "aspire" les voitures et ne solutionne absolument pas les questions de mobilité : Bruxelles est congestionnée et la pollution est alarmante.

DEBAT MARIE JANSON : 1. HISTORIQUE


Photo : La destruction de l'hôtel des Monnaies en 1978.
Lors du débat initié en mars dernier par le Comité de Défense de Saint-Gilles et plusieurs comités de quartier, trois sujets ont été abordés : l'historique, les grands principes et les alternatives. Nous vous présentons, à la veille de la nouvelle enquête publique, le résumé des débats de cette soirée qui a rassemblé près de 80 personnes.

Aujourd'hui : l'historique; demain les grands principes et après-demain les alternatives au projet communal.

Commençons donc par l'historique.
Vers la fin des années 70, alors que l’Hôtel des Monnaies avait été détruit, il n’y avait pas de sous pour reconstruire l’îlot – malgré les différents projets proposés.

PROJET IMMOBILIER PRES DE LA PLACE DE BETHLEEM


Nous évoquions dernièrement un vaste projet immobilier dans l'îlot encadré des rues Fernand Bernier, Théodore Verhaegen et du Tir. L'enquête publique a été soumise à l’enquête publique du 24/03/2010 au 07/04/2010. Deux concertations ont eu lieu.

Plus précisément, ce sont les immeubles situés rue Fernand Bernier 16 à 26, rue Théodore Verhaegen 110 et rue du Tir 12 à 16 qui sont concernés.

La demande porte sur la démolition de quatre bâtiments existants, la transformation de autres bâtiments, la construction de deux bâtiments neufs en intérieur d’îlot et de la démolition et reconstruction d’une maison. Le projet prévoit une modification de volume, de façade et un changement de destination. En effet, l'institut déménagera dans quelques mois vers le quartier "Alma" à Woluwé et sera partiellement démoli. La façade sera, elle préservée.

Pages

S'abonner à Actualités