Documents

COURT ET BREF

Dom Dar

En juin 2013, nous avons initié l’idée d’un groupe épargne collective et solidaire [que l’on appelle aussi une « tontine » en référence à une coutume africaine] visant à faciliter le paiement de l’acompte pour l’achat d’un logement pour des familles précarisées. Un    partenariat fut constitué, comprenant l’Union des Locataires de Saint-Gilles, le CPAS de Saint-Gilles, Hispano-Belga, le CAFA (le Centre d’Accompagnement et de Formation pour Adultes), le Service Social Juif, le CIRE (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers) et, bien entendu, le CODES.            

Le projet de tontine (qui s’était baptisée « Dom Dar ») a maintenant vécu. Parmi les ménages du groupe de 23 familles, 8 ont pu acquérir un logement. A noter aussi qu’un ménage a acheté une maison en Flandres et une autre s’est intégrée dans un projet de Community Land Trust.

Au total, Dom Dar a pu constituer un trésor de guerre de 40.054 € qui est bien entendu restitué aux cotisants en cette fin d’année.

ROJET MORICHAR 1060

Une plaine de jeux durable pour apprendre la participation citoyenne aux enfants.

Le projet Morichar 1060 c’est  100% de participation citoyenne pour les familles  à Saint Gilles afin de les unir autour de ce qui leur tient le plus à cœur : « l’avenir des enfants ».  Sa particularité est d’impliquer directement les enfants en leur demandant de rêver, de créer et de décider ce qu’ils veulent comme nouvelles installations de jeux pour leur place.

L’idée est née lors de la première soirée  de l’assemblée citoyenne du 21 janvier 2016 au centre culturel Jacques Franck lorsqu’un papa saint-gillois c’est levé comme tant d’autres citoyens ce soir-là pour exprimer ses idées. Il fît alors le constat d’un manque à gagner tant au niveau de la mobilité des PMR sur la place Morichar qu’au niveau de l’absence d’infrastructure de jeux pour les plus petits.

Très vite les applaudissements se sont fait entendre. Oui, nous vivions un moment agréable de partage et de cohésion  mais nous avions oublié quelque chose, une partie importante de la société n’était pas présente, ni représentée : nos enfants !

LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AUX ABORDS DES ÉCOLES COMMUNALES

La signalétique est-elle suffisamment visible ?

Comme chaque matin, les rues de Saint Gilles s’animent : klaxonnant, fumant, les voitures défilent tantôt à pas de fourmis tantôt à gros coups d’accélération.

Pour ma part, je décide de tourner à droite de ma rue, et éviter la chaussée engourdie de circulation et gaz d’échappement. Je coupe ainsi par les petites ruelles en direction de l’école Peter Pan, suivie en trottinette par mon fils de quatre ans. C’est le trajet obligé de beaucoup de parents qui empruntent les ruelles convergeant vers le haut ou le bas de la place Morichar, là où se dessine le périmètre des écoles communales Saint Gilloises (Peter Pan, Ecole Nouvelle,  Ecole Fondamentale Victor Horta, St. Luc, sans compter à quelques rues près, les écoles communales 1 et 2, Ulenspiegel et J. J Michel): un véritable pôle de formation situé au cœur de notre Commune.

BPOST INSTALLE UN ELEVATEUR … QUI NE FONCTIONNE PAS !

La poste ne sort pas grandie de la pose récente d'un élévateur. Les responsables nous promettent depuis plus de six ans une solution pour permettre l’accès aux bureaux de la rue Sterckx [près de la Barrière]. Les Saint-Gillois ont une nouvelle fois été trompés.

Après avoir déposé de multiples demandes de permis – pour autant de non-réalisations, BPost a cet hiver fait encore plus fort : elle a installé un élévateur… qui ne fonctionne pas !

Ce n’est pas bientôt fini, ce cirque ?

Nous avons donc, avec quelques-uns de nos membres été le dire, le 17 février, jour du mardi gras.

Nous avions au préalable questionné le personnel de la poste. Bien malgré eux, les guichetiers doivent sans cesse expliquer aux visiteurs qu’ils ne savent pas quand le dispositif serait opérationnel.

Qu'est-ce qui en bloque donc sa mise en marche ?  
C'est tout bête : il manquerait un boîtier de commande. Et il faut que le certificateur (la société Vinçotte) donne le feu vert.

Rue de la Victoire 188-190 : Avis défavorable de la Commission de Concertation.

Point 20 : Demande de permis d'urbanisme PU2011-286 tendant à construire 1 immeuble à rue de 24 logements, 4 maisons unifamiliales en intérieur d’îlot et 1 niveau de parking sise rue de la Victoire de 188 à 190 introduite par COFYNA S.A., Monsieur Steven VAN HERPE
Considérant que pendant l’enquête publique qui s’est déroulée du 25/11/2014 au 09/12/2014, le courrier suivant est arrivé au nom du Collège des Bourgmestre et Echevins :
193 lettres
EXPOSE DU DOSSIER
Situé : PRAS : zone mixte en zone d'intérêt culturel, historique, esthétique ou d'embellissement en liseré de noyau commercial en point de variation de mixité le long d'un espace structurant
PPAS :/.
RCU : /
Zone de protection : /
DEROGATIONS :
dérogation à l'art.6 du titre I du RRU (toiture - hauteur)
dérogation à l'art.4 du titre I du RRU (profondeur de la construction)
Soumis à l’avis de la commission de concertation et aux mesures particulières de publicité pour :
dérogation à l'art.6 du titre I du RRU (toiture - hauteur)
application de la prescription générale 0.6. du PRAS (actes et travaux portant atteinte aux intérieurs d'îlots)

CONFERENCE : MEGA PRISON A HAREN EN 2018

L'Association syndicale des magistrats (asbl), en collaboration avec INTER-ENVIRONNEMENT BRUXELLES
organise le jeudi 26 février 2015 de 12h30 à 14h30 au
Palais de Justice de Bruxelles - Place Poelaert 1 à 1000 Bruxelles
rez-de-chaussée – salle 0.12 – ancienne salle des référés
une rencontre/débat sur le thème du projet de construction de la prison de Haren et pose d'emblée la question : LES CAROTTES SONT-ELLES CUITES ?
Seront aussi abordés dans ce cadre la politique pénitentiaire, la mobilité et le débat démocratique.

Les invités :

Un(e) représentant(e) du SPF Justice, sous réserve
Alain COURTOIS, député et premier échevin de la ville de Bruxelles
Isabelle PAUTHIER, directrice de l'Atelier de recherche et d'action urbaines (ARAU)
Hans CLAUS, ASBL Les Maisons – De Huizen, Liga voor Mensenrechten, sous réserve
Stéphane BOONEN, bâtonnier de l’Ordre français du barreau de Bruxelles
Modérateurs : Claire SCOHIER (Inter-Environnement Bruxelles) et Hervé LOUVEAUX (ASM)

L'élévateur de la poste : is het al kapot ?

Il y a quand même un petit truc qui m'échappe dans le chef des responsables de BPost. Depuis que nous demandons de prévoir un dispositif d'accès aux bureaux (de la rue Sterckx) pour les PMR, nous avons la très désagréable impression que l'on se moque des saint-gillois. 

Je passe les diverses pérégrinations qui nous occupent depuis 6 ans maintenant - vous trouverez plusieurs articles les égrainant.

Quoiqu'il en soit, donc, la poste a installé un élévateur ... qui est mis sous capote. Est-ce donc déjà cassé ?

Nous avons été interroger le personnel qui nous a confié que ... l'installateur devait encore installer un boitier. 

Mais non, on ne se moque pas de nous. C'est juste une question de temps. Je prends immédiatement contact avec Saint-Nicolas. Pas sûr qu'il sera ravi. 

Et mon petit doigt me dit que c'est bientôt Carnaval. On va rire ....

"Victoire 188- 190 : Avis de la concertation de 2012"

Voici l'avis émis par la Commission de Concertation à propos de la demande de permis pour le site situé rue de la Victoire 188-190 : 

 

Considérant que le bien se situe en zone mixte et en zone d'intérêt culturel, historique, esthétique ou d'embellissement du Plan régional d'affectation du sol arrêté par arrêté du Gouvernement du 3 mai 2001 ;

Considérant que la demande vise à construire 2 immeubles à appartements avec 2 niveaux de parking ;

Considérant que pendant l'enquête publique qui s'est déroulée du 12/11/2012 au 26/11/2012, 45 lettres ont été déposés, dont une pétition de 18 signatures, et une réclamation est parvenue hors délai ;

Considérant que ces réclamations portent essentiellement sur :

Le programme : trop gourmand, densité plus élevée que la moyenne saint-gilloise, rentabilité extrême,

VICTOIRE 188-190 : UN AVIS DIFFICILE A ACCOUCHER ...

Les saint-gillois  connaissent bien cette dent creuse dans le haut de la rue de la Victoire (aux numéros 198 et 190). Les tagueurs ont fait un sort au mur et au portail métallique avec un bonheur plus que discutable ... En réalité, le chancre était déjà l'objet de mécontentement d'habitants - le Saint-Gilles Midi #3 en faisait l'écho - en 1981 ! Cet espace est abandonné depuis 34 ans ! Une honte !

Il y a un peu plus de deux ans,  la société anonyme Coftnaun, propriétaire de cette parcelle, avait déposé une demande de permis d'urbanisme.Le terrain vague qui occupe l'espace à l'arrière devait laisser sa place à un projet immobilier d'envergure. Le promoteur avait en effet demandé le permis de construire un ensemble assez  imposant sur ce terrain. De nombreux habitants se sont mobilisés contre ce projet.

Le plan froid

Le plan froid est mis en place depuis un certain temps. Voici ce qui nous est communiqué pour Saint-Gilles par le CPAS et le Resto du Coeur.

Saint-Gillois(es)
Ne restez pas dans le froid.
Nous pouvons vous aider.
En ces périodes de grand froid,
DÈS QUE L’IRM PRÉVOIT DES TEMPÉRATURES NÉGATIVES ET JUSQU’AU 31 MARS 2015
Vous êtes peut-être confrontés à des difficultés,
Ou vous connaissez des personnes qui souffrent :
Chauffage défectueux, Gaz ou électricité coupés,
Soucis de paiements,
Difficultés de se procurer des repas,…
LE CPAS DE SAINT-GILLES EST LÀ POUR VOUS APPORTER DE L’AIDE, RÉSOUDRE ET PRÉVENIR CES PROBLÈMES.

La poste n’aime pas les PMR

La poste n’aime pas les PMR :
elle leur refuse l’accès de ses guichets 
de la rue Sterckx à Saint-Gilles 
depuis
 2.267 JOURS !
 
Depuis de nombreuses années, notre Comité d’habitants relaie auprès des instances de la poste, tant au niveau général qu’au niveau local les plus vives inquiétudes quant au démantèlement progressif du service public. Quand ce ne sont pas les boîtes postales qui sont enlevées, ce sont les bureaux de poste qui disparaissent.

La commune de Saint-Gilles compte actuellement plus de 52.000 citoyens (elle n’en comptait « que » 48.000 il y a 5 ans : le boom démographique est passé par là). Or, pour satisfaire la clientèle, ce ne sont plus que deux bureaux de poste qui restent en place – ceux de la rue de Moscou et de la Chaussée de Charleroi ont été brutalement fermés. 

De plus, nous déplorons que l’un des deux bureaux restants – celui situé à la gare du Midi - soit totalement décentré et ne semble être destiné qu’à couvrir les besoins des navetteurs. 

Mais ce n’est pas tout !

VITESSE COMMERCIAL DE LA STIB ET TABAC

Chouette expérience ce soir. Je suis dans le tram 81 [le 7910A] à hauteur de l'arrêt "Avenue du Roi" vers Montgoméry. Il est 17.24. Le tram s'arrête : normal - c'est l'arrêt. Le chauffeur débarque et se fait relayer par un autre conducteur. Hum. Pas si vite. Il ne monte pas car ... il est en avance de 1 minute 40. Waaaaaw. Et donc, le conducteur fume une cigarette, malgré les protestations de plusieurs passagers. IL EST EN AVANCE ! Et il repart à 17.26. Je descends place de Bethléem. Le tram s'immobilise 20 mètres plus tard. Bloqué plusieurs minutes par une voiture en train de manoeuvrer. Je me poste devant mon ordinateur à 17.32 et vérifie les horaires du tram. L'image ci-dessous est parlante en soi. Mais bon sang : de qui se moque-t-on ? Ben, de l'usager des transports en commun, pardi.

Présentation du Comité de Défense de Saint-Gilles.

Qui sommes-nous ?

Dès 1973, des habitants de Saint-Gilles se mobilisent autour de la Cité Fontainas menacée de destruction.
En ces temps-là, on ne parlait pas encore de rénovation… Le bâtiment sera sauvé et un projet d'aménagement global de l'îlot Fontainas maintiendra le tissu urbain.
C’est alors que commence la grande aventure.

Depuis lors, les interventions du Comité de fense de Saint-Gilles (CODES) ont permis à maintes reprises de sauver tant des immeubles que quelques morceaux de quartier. La dimension «logement pour tous» s’est imposée et reste très présente au sein du CODES.
Tout comme les questions liées à la mobilité.

Nos combats se traduisent au quotidien par :

ASSEMBLEE DES HABITANTS

Oyez ! Oyez ! Braves gens. En cette période de pré-canicule, je suis fier de vous annoncer que notre prochaine AssHab [Assemblée d'Habitants] aura lieu le 23 septembre de 19 à 21 heures au Pianofabriek [en principe dans la salle Casablanca 1]. Si vous souhaitez participer à ce haut lieu de l'information et des échanges entre saint-gillois (et plus si affinités), il suffit de nous le faire savoir en nous envoyant un gentil petit mot à : lecodes@gmail.com. L'adresse lecodes@hotmail.com ne fonctionne plus pour l'instant. Ce sera aussi l'occasion de vous présenter les nouveaux membres de notre Conseil d'Administration.

Projet PIXEL

A l’occasion du Parcours d’Artistes 2014, Catherine B, membre du CODES, expose à l’asbl "Blanches et Noires" au 111, rue Vanderschrick à 1060 Saint-Gilles.

Cette année, en effet, l’asbl Blanches et Noires ouvre ses locaux à des artistes aux techniques et aux personnalités très différentes pour le projet "PIXEL", une manifestation collective qui allie arts plastiques, collages, peinture, photographie et techniques mixtes.

Catherine B. : Tableaux où se mêlent toutes sortes de paperasseries, des petits objets, des couleurs, des matières, de l’écriture et parfois quelques points de broderie. Expression d’histoires personnelles, de regards sur le monde et d’états intérieurs.
Ci-dessus : "Le cordon" de Catherine B

Antonio Jimenez Saiz : Éclipse de Soleil. La nuit ne porte pas sa raison ...
Photographies noir et blanc

Claudine Ruelle : Elle expose depuis 1970 en Belgique et à l’étranger. Technique mixte, acrylique, pastels secs, monotype, empreintes illustrant des paysages imaginaires sous formes de strates.

PARCOURS D'ARTISTES CHEZ NOS VOISINS

Dans le cadre du parcours d'artistes, "Dernières nouvelles de mon îlot" propose une théorie saint-gilloise développée par un physicien et un photographe attentifs qui contemplent le quotidien d'un intérieur d'îlot dans sa relation au monde qui l'entoure.

Sentir, voir et entendre le vent, c’est faire l’expérience poétique et sensuelle du plein et du vide, du dehors et du dedans. Quand l’air autour de nous, d’ordinaire perçu comme immatériel, assimilé sans effort dans le mouvement de la respiration, prend soudain une épaisseur qui résiste à la marche, on se sent empli d’une vitalité singulière. Tant d’énergie consumée dans le ballet infini des anticyclones et des dépressions, voilà qui nous émerveille et étrangement nous conforte. Car dans notre imaginaire, une terre que le vent parcourt a des ressources immenses. Par-delà les frontières visibles, dans les régions lointaines d’où le vent souffle, on pressent que s’élaborent les mondes nouveaux. 

 

 

 

Pages