BILAN DE LA POLITIQUE DU LOGEMENT DU GOUVERNEMENT BRUXELLOIS ENTRE 2009 et 2014

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l'Habitat (RBDH), duquel est membre le CODES, a publié ce matin le communiqué de presse suivant :

Le RBDH salue les efforts fournis pendant 5 ans mais rappelle que la crise du logement est tellement grave qu’elle impose plus que jamais la poursuite d’un travail ambitieux, orienté vers les plus pauvres.

L’asbl Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat publie le dernier baromètre du logement de la législature du Gouvernement bruxellois.

Durant ces cinq dernières années, cet instrument a permis d’évaluer, l’état d’avancement des 73 mesures prévues en matière de logement dans l’accord de majorité.

A 40 jours des prochaines élections régionales, fédérales et européennes, il est temps de faire le bilan de l’ensemble de la politique du logement mise en oeuvre de 2009 à 2014 à Bruxelles.

Sur les 73 mesures en faveur du logement, annoncées dans l’accord de Gouvernement :
41 mesures ont été réalisées.
16 mesures sont amorcées.
16 mesures ont été délaissées.

La crise du logement s’est encore aggravée

- Le loyer moyen, actualisé, a augmenté de 595 à 650€ (+9%) entre 2008 et 2012. La moitié des locataires n’a accès qu’à 14% du parc locatif privé, en ne consacrant qu’un tiers des revenus du ménage au paiement du loyer.
- Le nombre de ménages en attente d’un logement social est passé de 26 000 à 40 000 dans le même temps !
- Le prix moyen actualisé d’un appartement a augmenté de 209.615 à 224.411 (+7%) en 4 ans (2010-2013).
- Et le taux de la population bruxelloise vivant sous le seuil du risque de pauvreté est passé de 28,3% (2008) à 33,7% (2010) ; soit une augmentation de près de 20% !

Pourtant, le Gouvernement a beaucoup travaillé
Malgré ces chiffres dramatiques, on ne peut pas dire que le Gouvernement n’a pas fourni des efforts importants durant cette législature.
Parmi les mesures les plus significatives ayant abouti pendant ces cinq dernières années :
- D’importants budgets ont été dégagés pour la rénovation des logements sociaux et la construction de nouveaux logements sociaux.
- Une allocation loyer pour les personnes sans-ainsi qu’une allocation loyer pour 1000 ménages en attente d’un logement social ont été introduites.
- Les aides à l’acquisition de logements ont été soutenues, via le Fonds du Logement, Citydev et le Community Land Trust.
- La lutte contre les logements insalubres et inoccupés a été rendue plus efficace, notamment grâce au nouveau Code du Logement.

Mais les avancées restent trop lentes

Mais il faut toujours attendre si longtemps avant de voir sur le terrain les résultats concrets des décisions gouvernementales...

La lenteur de la production de nouveaux logements sociaux, qui représente pour le RBDH l’une des solutions fondamentales à la crise du logement, en témoigne. Avec le Plan Régional du Logement et, plus récemment, l’Alliance Habitat, le Gouvernement bruxellois a prévu un budget pour la construction de respectivement 3500 et 2.500 logements sociaux. Dix ans après le lancement du premier Plan, à peine 1500 logements sociaux ont été réalisés.

L’objectif oublié des 15% de logements publics et à finalité sociale.

Un objectif ambitieux a été introduit dans l’accord de majorité : toutes les communes devraient disposer de 15% de logements publics et à finalité sociale à l’horizon 2020.
Cet engagement de la majorité a rencontré, sur le terrain, l’opposition de plusieurs communes qui estimaient avoir déjà fourni suffisamment d’efforts et qui souhaitent privilégier les logements moyens et privés, pour ainsi accueillir des contribuables à plus hauts revenus sur leur territoire. Il en résulte que les partenariats prévus entre communes et Région n’ont été signés que par une seule commune (Molenbeek) et que l’objectif des 15% n’est pas repris dans le projet de Plan Régional de Développement Durable !

Le prochain Gouvernement devra opérer des choix radicaux

Depuis plus de 20 ans, le budget destiné à la politique du logement n’a jamais été aussi élevé. Pourtant, celle-ci n’est pas en mesure de mettre fin à la crise du logement qui touche tant de Bruxellois. D’après le RBDH, le prochain Gouvernement bruxellois devra opérer des choix radicaux :

- Il devra réaliser beaucoup plus de logements publics, notamment en ne cédant pas les réserves foncières publiques mais en les affectant à la construction de logements publics abordables et en accordant des aides financières supplémentaires aux communes qui concluront des partenariats avec la Région par la signature de contrats-logements.

- Il faudra également réguler le marché locatif privé en déterminant des loyers objectifs, en les faisant appliquer et en prévoyant une allocation-loyer pour les ménages à bas revenus pour qui le marché, même encadré, reste inaccessible.

Plus d’infos ?

Le lecteur intéressé peut consulter les mesures, commentaires et tableaux détaillés sur le site www.rbdh.be, rubrique “baromètre du logement”.
Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat Werner Van Mieghem, coordinateur – 0484.26.67.89 Ilham Bensaïd, chargée de communication – 0479.77.89.04

Localisation: 
Type de document: