LA POSTE CHANGE : VRAIMENT ?


Nouveau nom, nouveau logo. Tous deux plus modernes.

La Poste a annoncé le changement de son nom pour devenir bpost dans l'esprit d'une évolution normale, explique le grand patron de l’entreprise publique.

Dans le même élan, le nouveau nom s’accompagnera d’un nouveau logo qu'elle annonce plus moderne tout en conservant de manière abstraite la référence au célèbre cor des facteurs.

Les objectifs sont multiples : notamment celui d'exprimer sa modernité et rompre avec - lance Johnny Thijs - la perception erronée d’une entreprise bureaucratique.

La Poste devenue BPOST, donc, veut simplifier son nom pour l’insérer dans un contexte international à l'horizon du 1er janvier 2011, date de la libéralisation totale du marché postal. Rappelons que l'Etat belge est actionnaire à 50,01%, le reste étant propriété du fonds d'investissement anglais CVC.

Comme les syndicats, nous émettons des craintes quant au coût que vont représenter ces modifications. Le patron de La Poste estime, lui, que les coûts seront assez marginaux. En effet, les anciens véhicules ne repasseront pas par l’atelier peinture : seuls les nouveaux véhicules, ainsi que ceux qui doivent de toute façon être repeints, auront le nouveau logo. L'écurie de Bpost, c'est quand même 8.000 vélos et vélomoteurs ainsi que 6.000 véhicules. Il faudra aussi repeindre les 14.000 boîtes aux lettres et les 1.000 bâtiments. Courage. Par contre, aucun détail, donc, sur le coût de l'opération - ni de la part de Johnny Thijs, ni de la ministre en charge des entreprises publiques (Inge Vervotte).

Sur son site, la poste (bpost, donc) dit ceci : "Certains nous voient encore comme la bonne vieille poste d'autrefois, même si nous avons changé depuis longtemps. Toutes les personnes qui travaillent aujourd'hui à La Poste savent très bien que nous sommes devenus une entreprise moderne et ouverte, entièrement réorganisée en fonction de vos besoins en tant que client, pour aujourd'hui et pour demain".

Le Comité en tout cas, continue de protester contre la fermeture en catimini des bureaux de poste et, globalement, contre le recul des services accordés à la population. Rappelons-nous : l'agence du carré Hôtel des Monnaies, rue de Moscou, a fermé il y a près d'un an. Le bureau de la rue Sterckx, lui, est toujours inaccessible aux handicapés.

Quant aux tarifs, ils progressent eux aussi de manière scandaleuse. Ainsi, un envoi national ordinaire coûte aujourd'hui 0,69 € ! Une augmentation de plus de 15%. La Poste rétorquera que par achat de 10 timbres, il n'en coûte que 5,9 € : il n'empêche que par là, elle contraint des achats de quantités dont tout le monde n'a pas nécessairement besoin.

Pour le reste, ce n'est pas uniquement en changeant de nom ou de logo que l'entreprise fera face à la concurrence. Elle va se faire manger tout cru ! Le mot de la fin ? Prenons en guise de conclusion ce qu'en dit Bpost : "Nous vous donnons rendez-vous dans les mois qui viennent pour constater ce grand changement partout en Belgique".

Type de document: