Logements innocupés

Comme chaque année depuis 2003, un relevé des logements suspectés d’être vides ou insalubres est effectué par le Comité.

La situation en 2013 n’a pas évolué positivement. Nous avons inventorié 847 étages d’immeubles apparemment inoccupés – soit un quota plus petit que les années précédentes. Mais à y regarder de plus près, cela n’est pas si évident. Le CODES a commencé à préparer en partenariat une action à mener après analyse des résultats.

L'ordonnance pour l'agrément de services pouvant interpeller les pouvoirs publics a été votée en juin.

En vertu des conclusions de notre repérage de logements inoccupés, nous avons compilé les données de sorte à alimenter un nouveau blog.

Un groupe de travail constitué de membres et des stagiaires a précisé les éléments utiles qui devaient y figurer.

Il s’est réuni plusieurs fois.  Des objectifs précis doivent encore être définis ainsi qu’une stratégie. Notons aussi que la réaffectation de bureaux en logements est une piste encouragée par le Comité.

Documents en rapport avec ce projet

  • Le Foyer du Sud qui est le propriétaire de ces deux immeubles a enfin commencé les travaux. Ces deux immeubles font partie (au moins depuis 2009) de nos relevés biannuels des logements inoccupés  et insalubres. Dans quelques mois, il y aura quatre nouveaux logements dont trois appartements de quatre chambres et un studio accessible aux PMR (Personne à mobilité réduite) au rez-de-chaussée. En intérieur d’îlot se trouvera un petit parking couvert avec une toiture verte, un ascenseur ainsi qu’un escalier extérieur. Le bâtiment intérieur sera démoli vu son état actuel. Le comité espère que ces logements seront attribués dans les plus brefs délais.
  • Sinds een heel aantal jaren schuimt de ploeg van de Comité de Défense van Sint –Gillis alle straten van de gemeente af om een inventaris op te stellen van de leegstaande woningen. Onze vereniging verdedigt het recht van iedere burger om te beschikken over een comfortabele woning aan een redelijke huurprijs. Dat wordt steeds moeilijker en zelfs onmogelijk. We leiden diverse acties samen met de Sint-Gilisenaren om de dingen te veranderen. Een jaar geleden maakten we bekend dat het aantal leegstaande woningen in Sint-Gillis volgens onze methodologie (zie p.x) vermoedelijk 891 bedroeg (waarvan 198 leeg van kelder tot zolder). Een onaanvaardbare situatie als men de moeilijkheden ziet die gezinnen met een bescheiden inkomen hebben om een woning te huren in de gemeente.
  • Tous les deux ans, au printemps, l’équipe du Comité de Défense de Saint-Gilles déambule dans les rues de la commune en vue de relever les logements vides, abandonnés ou insalubres. Notre démarche est empirique et n'a pas la prétention de compiler de manière scientifique les adresses des logements qui semblent inoccupés. En réalité, en regard de la grave crise structurelle du logement, notre asbl tient un registre de ces immeubles qui, au moins partiellement, pourraient être réinjectés dans le marché locatif – par exemple. Ou, si le propriétaire ne peut s’occuper de son bien, il pourrait le confier à une Agence Immobilière Sociale. Le relevé nous permet aussi de «suivre» chaque adresse et de constater son évolution.
  • Les saint-gillois  connaissent bien cette dent creuse dans le haut de la rue de la Victoire (aux numéros 198 et 190). Les tagueurs ont fait un sort au mur et au portail métallique avec un bonheur plus que discutable ... En réalité, le chancre était déjà l'objet de mécontentement d'habitants - le Saint-Gilles Midi #3 en faisait l'écho - en 1981 ! Cet espace est abandonné depuis 34 ans ! Une honte ! Il y a un peu plus de deux ans,  la société anonyme Coftnaun, propriétaire de cette parcelle, avait déposé une demande de permis d'urbanisme.Le terrain vague qui occupe l'espace à l'arrière devait laisser sa place à un projet immobilier d'envergure. Le promoteur avait en effet demandé le permis de construire un ensemble assez  imposant sur ce terrain. De nombreux habitants se sont mobilisés contre ce projet.
  • Depuis sa mise en place en 2012, la cellule « logements inoccupés » de la Région de Bruxelles-Capitale a traité 2.194 dossiers. Selon le Code bruxellois du Logement, après 12 mois de vide locatif, le propriétaire d’un logement suspecté d’être inoccupé reçoit un recommandé l’informant du montant de l’amende encourue si le bien n’est pas remis « sur le marché locatif ». Cette amende s’élève à 500 euros par mètre de façade multiplié le cas échéant par le nombre d’étages et le nombre d’années d’inoccupation.