LA POSTE TOUJOURS INACCESSIBLE AUX PMR

Passez-nous l'expression, mais : on se fout de la g de qui ?

Ce vendredi 13 septembre 2013, cela fait exactement 1831 jours que le bureau de poste de la rue Sterckx est quasi inaccessible aux PMR. 

Pendant ce temps, le patron de l'institution refuse de revoir son salaire annuel (1.100.000 € en 2012) à la baisse. Le gouvernement songe à le raboter à hauteur de 290.000 € par an. Il refuse de travailler "au rabais".  

 
Rétroactes :
 
Vous ne trouverez pas ici tout l'historique de notre combat depuis 2008 pour maintrenir les bureaux de poste à Saint-Gilles ni toutes les boîtes postales. Reprenons simplement les tergiversations de BPost pour ne pas rendre la vie plus facile aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR).
 
1. La demande de permis soumise à l’enquête publique du 31/12/2012 au 14/01/2013.
 

 

Elle porte sur l’installation d’une rampe d'accès pour P.M.R., l'aménagement de la zone de recul, le réaménagement du parking et la réalisation d’un parking à vélos. L'idée était notamment de réaliser une rampe d’accès pour PMR selon les normes en vigueur et dans le respect du préscrit du titre VIII du règlement Régional d’Urbanisme. Cette rampe a été dessinée afin de permettre un passage suffisamment large de part et d’autre que pour permettre une évacuation contrôlée en cas d’urgence. En cela, BPost donne suite à notre demande : nous avions même envoyé des photographies d'une rampe installée à la Résidence "Les Tilleuls", ainsi que le coût très raisonnable (7.342,87 € pour deux plans inclinés) auquel le CPAS avait dû faire faire dans cet exemple.  

 

 
 
A noter que dans ses demandes, un projet avait été imaginé par les éminences grises de la poste, prévoyant un plan incliné ... qui était trop étroit pour les chaises roulantes !
 
Bref, sur ce coup, la Commission de Concertation a pu entendre nos remarques (en grande partie enthousiastes) et un avis est rendu. En voici quelques extraits :
 
 
Considérant la situation de la demande en zone d’équipement d’intérêt collectif ou de service public au Plan Régional d’Affectation du Sol arrêté par arrêté du Gouvernement du 3 mai 2001 ;
Considérant que la demande vise à installer une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite, aménager la zone de recul et réaliser un parking à vélos ;

 

Considérant que l’aménagement de la rampe d’accès permettra aux personnes à mobilité réduite d’accéder aisément aux guichets de la poste, qu’il s’agit en outre d’une obligation et que cette rampe se situe en terrain privé ;

 

 
Considérant que le réaménagement des emplacements de parking rationalise les fonctions, que ces emplacements sont ramenés sur la parcelle privée et que le cheminement piétons est également rationalisé en ce que celui-ci se situe entièrement en espace public et ne contourne plus les emplacements ;
 
Considérant de plus qu’un emplacement de parking confortable pour personnes à mobilité réduite est prévu ;
 
Considérant que des emplacements pour vélos sont également prévus ;
 
L'avis est favorable à condition de :
 
- Déplacer la rampe vers la gauche et garder une seule volée d’escalier plus large côté droit ;
- Déplacer le parking vélo derrière la rampe à gauche ;
- Supprimer les parterres de fleurs ;
- Prévoir la plantation d’arbres à haute tige ; 
- Prévoir à droite de l’entrée un aménagement d’un espace sans stationnement et convivial afin de marquer l’entrée de service public (bancs, plantations,…) ;
 
- Prévoir un éclairage dans la zone de recul. 
 
Résultat : que dalle. La poste n'effectue pas de travaux.
 
2. BPost soumet alors une autre demande de permis.
 
Cette fois, elle porte sur : l'installation d'un accès pour P.M.R., l'aménagement de la zone de recul, le réaménagement du parking et la réalisation d'un parking à vélos. Une demande totalement différente, non ?
 
Bpost S.A. explique : elle désire donner la possibilité à tous ses clients de pouvoir accéder aisément à son bureau sis 5 rue Sterckx (il est temps - ndlr). C’est pour cela qu’il est prévu de réaliser une rampe d’accès pour PMR selon les normes en vigueur et dans le respect du prescrit du titre VIII du Règlement Régional d’Urbanisme.
 
 
Cette rampe est dessinée afin de permettre un passage suffisamment large de part et d’autre que pour permettre une évacuation contrôlée en cas d’urgence.
 
Par ailleurs, Bpost S.A. souhaite pouvoir réaliser des travaux d’aménagement des abords afin de verduriser la zone de recul, aménager un parking moins anarchique (un emplacement sera réservé aux personnes moins valides) et réaliser un parking à vélo (7 emplacements).
 
L'enquête publique a eu lieu du 6 mai au 20 mai 2013. 
 
A huis-clos, les membres de la Commission de Concertation émettent l’avis suivant :
Considérant la situation de la demande en zone d’équipement d’intérêt collectif ou de service 
public au Plan Régional d’Affectation du Sol arrêté par arrêté du Gouvernement du 3 mai 2001 ;
 
Considérant que la demande vise aménager la zone de recul, réaménager le parking et réaliser 
un parking à vélos ;
 
Considérant qu’une demande à être entendu a été déposée, durant l’enquête publique qui s’est 
déroulée du 06/05/2013 au 20/05/2013 ; qu’en séance, des questions sur la procédure sont 
posées ;
 
Considérant que la version initiale visait à installer une rampe d’accès aux PMR, que le 
demandeur a déposé un projet modifié en application de l’article 126/1 : remplacement de la 
rampe par un lift et réaménagement de la zone de recul par rapport au premier projet en 
conséquence ;
 
Considérant que la création du lift permettra aux personnes à mobilité réduite d’accéder 
aisément aux guichets de la poste, qu’il s’agit en outre d’une obligation et que ce lift se situe 
en terrain privé ;
 
Considérant que le réaménagement des emplacements de parking rationalise les fonctions, 
que ces emplacements sont ramenés sur la parcelle privée et que le cheminement piéton est 
également rationnalisé en ce que celui-ci se situe entièrement en espace public et ne 
contourne plus les emplacements ;
 
Considérant de plus qu’un emplacement de parking confortable pour personnes à mobilité 
réduite est prévu ;
 
Considérant toutefois qu’un éclairage de cette zone devrait être ajouté (sécurisation de nuit) ;
Considérant que des emplacements pour vélos sont également prévus ;
 
L'avis est à nouveau favorable (le contraire eut été étonnant - ndlr) à condition de : 
 
- Prévoir la plantation d’arbres ;
- Prévoir un éclairage dans la zone de recul.
 
Résultat : que dalle. La poste n'a toujours pas débuté les travaux à ce jour. Pourquoi ? Nous entendons déjà d'ici les arguments : les travaux de la rue Théodore Verhaegen empêchent l'accès facile au site, la crise économique contraint à limiter les dépenses,...
 

3. Qu'en penser ? 

Ben, que la poste se fiche de l'accès des  PMR comme de son premier timbre. C'est vrai que le patron de la poste semble plus s'affairer à maintenir son pharaonique salaire que de respecter ses engagements ! 
Rapide petit calcul pour conclure : Si le plan incliné avait été l'option choisie, l'investissement aurait été équivalent à environ un peu plus d'une journée de dur labeur du boss (je compte à la louche 365 jours de travail annuel - soit 3.013 € par jour pour un plan incliné à 3.671 € l'unité, TVA comprise). 
 
En attendant, que va encore trouver BPost pour ... ne rien faire ? Mais là, nous commençons à en avoir marre !
 
 
 
Localisation: 
Type de document: 

Projet(s) lié(s) à cette page