SUCCES DE MASSE A FORT(s) EN FETE

C'était la toute grosse affluence pour la première édition de la brocante festive organisée par les commerçants, associations et habitants de la rue du Fort à l'initiative de «Fort Ensemble». Le beau temps s'était invité pour l'occasion. Le succès n'est pas le résultat du hasard : il est le fruit de plusieurs mois de travail. A l'unanimité, et malgré quelques petits soucis d'organisation, la journée restera dans les mémoires de tous ceux qui ont choisi de participer à l'événement un jalon dans l'histoire locale.
 

 

La rue du Fort - et ses abords - mérite bien que l'on s'y attarde. Les commerces ont souffert ces dernières années. Le marché perd un peu de son souffle. L'identité de la rue en est fortement ébranlée. Cette fête venait à point nommé pour redonner au quartier une image de marque.

Dès 6 heures du matin, les brocanteurs et les marchands ont installé leurs étals. Les organisateurs, eux, s'affairaient à tout faire pour en mettre plein la vue. Et il est incontestable que ça en a jeté ! Il y en avait pour tous les goûts. Et l'affluence a pu bénéficier de dizaines de surprises, en plus des terrasses, des spectacles, des installations et des animations proposées.

Ainsi, on a pu croiser un cireur de chaussures, deux chanteuses de fado, un groupe de rock'n'roll, un marchand de ballons, un diseur de bonne aventure ou encore un joueur d'accordéon,...
 

Il faut reconnaître que le programme des spectacles avait de la gueule :

Jo Lesco et sa chorale "le son du quartier",

 

 

les Polissons et leur banc d'essai de théâtre/danse hip hop,
le concert americana texmex des "Saint-Gillbillies",
le pousse-disques "pop-corn" de DJ Benoît Lindy Hop,
DJ Saucisse et son DJ set déjanté,

 

 

 

 

la Raggaravane et ses vinyles jamaïcan style,
la fanfare funky but chic de "Pas ce soir, chérie",

 

 

 

 

les percussions urbaines des "Rythmes des foumis",

 

 

 

 

 

 

 

les percussions frapadingues du Pianofabriek,
 

 

le funky reggae des "Nouveaux-Nés",
les interventions désopilantes des deux comédiens du "Magic Land Théâtre" sur le surendettement ou la gestion des déchets,

 

 

les animations des associations (ci-dessous des jeunes de la "Cité des Jeunes" plantent au pied des arbres),...

 

 

 

 

Tous, ils ont tous mis le feu.

Un tout grand merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont fait confiance et nous ont soutenu.
Une spéciale dédicace pour les jeunes qui ont donné un solide coup de main de potron minet à tard le soir. Et un supra-méga-gigantesque merci aux saint-gillois (et aux autres badauds et exposants) qui se sont déplacés.

Notons aussi au passage - mais c'est très important pour nous : le CODES et le Pianofabriek, ont dès le départ, notamment via le projet ID Fortes, et avec le soutien de l'équipe du Contrat de Quartier Parc-Alsemberg et du Centre Culturel Jacques Franck, mis des moyens humains, matériels et financiers à disposition pour contribuer à faire de cette première édition un succès dont les annales saint-gilloises se rappelleront.

Quelques photos ci-dessous encore. 
De haut en bas :
le projet de verduriser les pieds d'arbres (dans le cadre de Quartiers Verts et ID Fortes),
une animation de la "Vitrine aux Oiseaux", 
l'un des stands de maquillage pour les petits,
l'installation d'une animation à la Maison Eco,
le chateau gonflable du petit Parvis,
le tattoo au henné,
la peinture en cercle des Ateliers Partage,
les donjons de "Caroline" du CAFA,
l'un des nombreux barbecues.









Mille excuses pour les personnes, les services ou les associations que j'ai peut-être oublié de remercier.

 

 

Type de document: 

Projet(s) lié(s) à cette page