REAMENAGEMENT DU PARVIS : ON Y PENSE

A la fin de l'été, la commune a lancé un nouveau projet : celui de réaménager le Parvis. Ce n'est bien sûr pas pour demain. En août a été lancée la première phase : celle de concevoir une esquisse de ce que pourrait être le "Grand Parvis" de Saint-Gilles - l'espace situé entre "le carré de Moscou" et la chaussée de Waterloo.

Un bureau d'architectes a été mandaté par Atrium pour réaliser cette esquisse. Celle-ci serait déposée prochainement au Conseil Communal.

Atrium et le bureau d'architectes a réuni une large palette d'acteurs concernés par la question : la police, les services communaux, le secteur associatif, les commerçants, ... et le Comité de Défense de Saint-Gilles [pour le relais avec les habitants].
 

Le prestataire a présenté à l'occasion de cette table ronde un diagnostic du parvis Saint-Gilles dans le cadre du projet « esquisser le futur parvis de Saint-Gilles », allant du général vers le particulier, pour permettre une compréhension des différents systèmes qui engendrent la diversité de l’endroit. Une observation de l’architecture, du patrimoine, de la notion de durabilité et de l’aménagement a été menée.
 
Plusieurs constats ont été faits :
 
Quant à l’implantation des terrasses : il y a un réel conflit entre circulation piétonne et automobile ;
 
La végétation : importante pour l’agrément ;
 
Il faut établir un lien entre éclairage public et sécurité – le principal problème sécuritaire est localisé sur la place Marie Janson ;
 
La collecte des déchets pose des problèmes (le manque de régularité de l’Agence Bruxelles-Propreté, la suppression récente de containers,…) ;
 
L’articulation entre le marché et les commerces du parvis se passe en bonne intelligence, avec toutefois des difficultés rue du Fort (échoppes devant des vitrines de commerces ouverts) ;
 
On déplore un mauvais état général du sol ;
 
 
Plusieurs autres observations ont été émises par les participants à la table ronde.
 
A propos de l'éclairage : L’église était jusque à il y a peu de temps éclairée depuis l’intérieur et mettait donc en valeur la beauté des vitraux. Il faut repenser l’éclairage sur le parvis et privilégier un éclairage chaleureux renforçant la dimension humaine;
 
 
A propos des terrasses : l’implantation et l’importance des terrasses posent un problème de sécurité pour les piétons, notamment au début de la rue du fort, devant la brasserie Verschueren. Une piste : l’élargissement du trottoir.
 
A propos de l'unité du "grand" et du "petit" parvis - notamment en termes de mobilité : 
- Le passage du bus entre les deux parvis vers et depuis l’avenue J. Volders est souvent gênant (et gêné);
- La livraison des commerces sur le parvis et alentour génèrent une importante activité, qui perdurera après le réaménagement;
- Le triangle au début de la rue du Fort est relativement dangereux à cause d’une mauvaise adéquation entre voitures, terrasses, piétons;
- La (quasi) totalité des nombreux potelets amovibles est défectueuse. Les bornes rétractables ne sont pas imaginables (pour des questions de coût, de gestion, etc.).
 
A propos des livraisons de Match, rue du Fort, se font par une plate-forme qui est placée au-dessus du trottoir et dévie les piétons sur la voie publique - ce qui est dangereux.
 
A propos du cheminement des piétons devant l’église : c'est très glissant.
 
A propos du haut de la rue de l’église et la - nouvellement baptisée -  rue des Kuulkappers font partie intégrante de la problématique. Il faut les intégrer dans l’étude.
 
La réfection des raccordements individuels à l’égout se fera préalablement au chantier d’espace public. Différentes techniques existent (en fonction de l’état des lieux), les moins nuisibles seront privilégiées.
 
L’écoulement des eaux de pluie pose problème au petit parvis, vu l’absence d’avaloir.
 
Quelques pistes pour une unité du grand et du petit parvis.
 
Faciliter la liaison piétonne entre les deux parvis;
Envisager la possibilité d’un espace partagé pour le carrefour Waterloo/Fort/Volders (la chaussée serait au même niveau que les trottoirs);
Installer des bornes amovibles devant l’église pour permettre malgré les nouveaux aménagements les cérémonies;
Matérialiser le tracé de la ligne de métro (un marquage à la peinture au sol par exemple);
Revoir le tracé de l’amorce de la rue du Fort au petit parvis.
Articuler le projet de réaménagement du parvis avec le projet participatif ID Fortes, en cours avec les habitants et commerçants de la rue du Fort;
 
Il semble pertinent d’élargir les trottoirs au débouché de la chaussée de Waterloo avec le parvis (entre le Louvre et le Stivale) pour améliorer le confort des 11.000 piétons quotidiens.
 
 
A propos de la piétonisation du Parvis 
 
La piétonisation du parvis se profile comme la seule option (elle est déjà un fait durant les grandes vacances dété et les marchés). Plusieurs questions se posent : le phasage, le maintien de la circulation, les zones de livraison, … Cette question va de pair avec la réhabilitation de la place Marie Janson, tant sous l’angle de l’aménagement que sous l’angle de la gestion (de la surveillance policière ?). Supprimer le stationnement sur le Parvis suppose pour les clients et les badauds de devoir davantage traverser la place Marie Janson - ce qui est aujourd’hui rédhibitoire pour certains.
 
La piétonisation serait une réalité avant la réalisation du parking, au vu de la différence de timing entre les deux projets. A terme, la piétonisation de la chaussée de Waterloo entre le petit et le grand parvis pourrait aussi être envisage le samedi (jour de marché).
 
A propos du revêtement du sol 
 
Les manoeuvres des poids lourds doivent être prises en considération lors du choix du matériau de revêtement de sol. Il y a aussi un impact du marché sur l’état très abîmé du sol. Le revêtement de sol actuel est dangereux car glissant et dégradé.
 
A propos des plantations 
 
Quelles plantations peut-on imaginer pour le Parvis (qui pourrait s'inscrire dans une coulée verte venant du Parc de Forest via la place Morichar, le Parc Pierre Paulus et rejoignant la Porte de Hal). En tout cas, l’alignement d’arbres pose des problèmes : au-dessus du métro, les arbres ne survivent pas. De plus, le double alignement ne met pas en valeur la place car le procédé est adapté aux lieux de circulation en ligne droite. Une piste à étudier serait de rendre public l’espace vert (appartenant à la STIB) situé derrière la Maison du Peuple, au-dessus de la station de métro.
 
A propos du mobilier urbain
 
On peut envisager la possibilité d’introduire du mobilier de type bancs (inexistant actuellement), de façon à répondre aux besoins, notamment, des PMR. On peut aussi envisager des toilettes publiques.
 
Enfin, on peut le bureau d'architecte propose de considérer une mise remise en valeur des devantures commerciales. Il est précisé qu’Atrium dispose d’un budget à cette fin, pour l’octroi de primes à la rénovation des devantures. Atrium propose aussi un accompagnement des commerçants demandeurs. Plusieurs primes ont déjà été octroyées, d’autres sont à l’étude.
 
Il existe aussi une volonté de relancer le cercle d’histoire, et de valoriser son fonds exceptionnel en permettant sa consultation (par la mise sur pied d'expositions, par exemple,…). 
 
ET VOUS : QU'EN PENSEZ-VOUS ,
 
Nous avons déjà, au sein de nos membres, recueilli divers avis et remarques. Si vous souhaitez réagir ou donner votre avis ou vos propositions, n'hésitez pas à nous contacté sur ce blog ou en nous envoyant un mail via cette adresse (ici). Vous pouvez évidemment nous téléphoner au 02/539.22.83.
Type de document: